Propulsé par HelloAsso
ENVIRONNEMENT | yanapanaku

Le “Buen Vivir” est la conceptualisation contemporaine du Sumak Kawsay en quechua, (langage indigènes équatoriens) ou Suma Qamaña en aymara, (langage indigènes de Bolivie et du nord du Chili), une création des intellectuels indigènes dans leur recherche d'une approche différente de celui des occidentaux qui permet d’expliquer le mode de vie des peuples originaires. 

 

Il existe différentes interprétations sur la signification de ce concept dans la même langue selon l’auteur:

 

Sumak: 

Plénitude, grandeur, le juste, Idéal, beau, le bon, la réalisation, La perfection, le maximum, l'harmonie et l'équilibre, le grandiose, l'intangible et insurpassable ...

Kawsay:

La vie dans la réalisation permanente, dynamique et changeante; c'est l'interaction de la totalité d'existence dans un mouvement, la vie entendue depuis l'intégral. C'est l'essence de tout être vital, le fait d'être.

C'est la vie, dans la référence à une vie digne, dans l'harmonie et l'équilibre avec l'univers et l'être humain .

C'est la vie,le fait de vivre, c'est une respiration, c'est une existence.

Nous pouvons voir la subtilité des définitions, des différences et des coïncidences selon chaque auteur. On peut identifier comme point commun un équilibre entre l’être humain, la nature et l’univers pour bien vivre. 

Quelle est l’importance de transmettre cette connaissance des peuples originaires d’Amérique Latine?  

la réponse paradoxalement est “l’évolution”

Víctor M. Toledo professeur du Centre de recherche de l’écosystème de l’université National du Méxique, affirme que l’être humain possède également une mémoire, avec laquelle il réussit à s'adapter et à mettre son environnement naturel à profit, mais celle-ci n'est pas seulement génétique mais aussi culturel, ce "code culturel" agit comme un instrument d’apprentissage.

 

Les savoirs des peuples et des cultures originaires, sont basés sur une relation direct, pratique et émotive avec la nature, l’adaptation de l'être humaine, aux conditions naturelles toujours changeantes de la planète, il a été choisi pour son habileté à connaitre son environnement. C’est pour cela qu'il existe des connaissances sur les constellations, les plantes, les animaux, les sols, les processus géophysiques, biologiques et écologiques tels que les mouvements de terres, le cycles climatiques ou hydrologiques, les cycles de vie, des périodes de fleuraison, de fructification, de germination, les phénomènes de récupération d’écosystèmes. (Víctor M. Toledo y Narciso Barrera-Bassols, Op. Cit.)

 

Dans le contexte actuel de mondialisation les échanges, la solidarité et le dialogue entre les peuples est un impératif pour construire un monde de paix pour notre génération et les générations futures.

 

Tous nos activités et ateliers cherchent transmettre  la philosophie du "Buen vivir" de façon ludique et amusant auprès des adultes, des enfants et de jeunes.

Le Prix Julie Huynh

Le Prix Julie Huynh  est un dispositif de volontariat réciproque entre la Colombie et la France initié par l'Ambassade de France en Colombie, la fondation Projet sans frontières (PSF) et l'ONG la Guilde.

Un binôme de volontaires en service civique (un jeune français et un jeune colombien) sera formé autour de thématiques de développement communautaire, éducation pour la paix, réconciliation, environnement, développement durable et le "buen vivir" de peuples indigènes d'Amérique Latine.

 

Les volontaires devront commencer leur mission à Bogota pendant 6 mois au sein de la fondation PSF. La fondation PSF est une organisation de solidarité internationale colombo-française qu'existe depuis 2007, sa mission est d'accompagner la créations de projets sociaux qui donnent une réponse aux défis économiques et environnementaux, notamment dans les quartiers vulnérables. Dans une première partie les volontaires vont participer dans ces projets qui ont un approche territoriale, en répondant à la pauvreté multidimensionnelle et aux fractures sociales présentes au sein des communautés.

 

Dans une deuxième partie les volontaire vont animer une série d'activités que vont permettre aux jeunes du Lycée Français le développement des ateliers avec les jeunes des quartiers vulnérables de la localité "El Codito" . l'Objectif est de développer compétences de collaboration entre les jeunes ce qui va leur  permettre de partager les notions de paix et d’environnement qui traversent leurs contextes, leurs projets personnels et communautaires.

Le 6 mois suivant la mission aura lieu en France auprès de notre association, la maison de la culture Yanapanaku est naît pour transmettre le mode de vie des peuples originaires, un équilibre entre l’être humain, la nature et l’univers pour bien vivre, "le Buen vivir". Nous allons former les volontaires concernant ce thématique et suite à une réflexion de leur vécu à Bogota, ils vont réaliser des ateliers auprès des enfants, de jeunes et des adultes de Valenciennes et ses alentours à fin de transmettre leur expérience et le lien qu'existe entre le respect pour l'environnement et la paix.

N'hésitez pas nous contacter pour mettre un place un atelier.

Jeunes du lycée français à Bogota

+33(0)7 81 97 82 03

Hauts de France