Propulsé par HelloAsso
 

Solidarité internationale

Même si nous sommes un continent joyeux, il y a malheureusement beaucoup de personnes qui y souffrent. L'objectif principal de La maison de la culture Yanapanaku, est de lutter contre l'extrême pauvreté et l'accès aux droits fondamentaux en Amérique Latine. Réaliser et financer les projets de solidarité internationale n'est pas facile, et nous travaillons très dur. Nous réalisons différentes manifestations durant toute l'année, où nous vendons des spécialités culinaires et de l'artisanat d'Amérique Latine, afin de permettre le financement de ces projets.

Nous avons toujours besoin d'aide !

AMERICA-LATINA-MAPA.jpg

EQUATEUR

Depuis 2017 nous soutenons le travail de Clara Luna en Équateur, un organisme qui réalise différentes activités autour de la lecture et de l'ouverture culturelle, en faveur des enfants et jeunes de Puerto Lopez, petit village de pêcheurs de la province de Manabí.  

Selon l’INEC, Puerto López est composé de 9,870 habitants, dont 93,1% y vivent dans de mauvaises conditions, ce qui représente 30% de la moyenne au niveau national. Seulement 54% de ses habitants ont accès à de l’eau potable. En ce qui concerne la scolarisation, les femmes atteignent en moyenne 7,4 années d’études.

L’origine de la casa Clara Luna est née de Paola Martinez, résidente du village. Elle voulait montrer à ces enfants qu’ils étaient capables de faire de grandes choses. Tout a commencé dans une petite cabane où elle organisait différentes activités avec les enfants du village. Petit à petit, le groupe s'est agrandi. Ses bénévoles, principalement des touristes curieux, y logeaient et l'aidaient quotidiennement. L'argent récupéré était destiné à financer les activités et le fonctionnement de l'organisme. En 2015, celui-ci obtient le statut de "Fondation", ce qui encourage plusieurs entreprises privées à faire des dons. 

Malheureusement, en 2016, un grand changement s’est produit suite au séisme de Pedernales, qui a affecté la zone côtière du pays, dont la province de Manabí. L’organisation était très dépendante des touristes étrangers, et en raison de la catastrophe naturelle, les visiteurs de Puerto López ont été considérablement réduits, et par conséquent, les revenus.

Suite à une profonde réflexion pour construire un projet interculturel qui pourra aider concrètement Clara Luna, nous avons identifié deux principales faiblesses ; le manque d’aide persistant et le manque d’argent.

C’est pourquoi, en 2017 et 2018, nous avons travaillé très dur pour pouvoir envoyer en janvier 2019, pour une durée de 9 mois, notre première volontaire en service civique, Pauline Presseau.

Tout au long de son séjour, nous avons financé son logement au sein de la casa Clara Luna, de ce fait, nous donnions des ressources humaines et monétaires de manière constante, ce qui a permis d’entamer des projets à longs termes au bénéfice des familles de Puerto Lopez.

En septembre 2019 nous avons recruté Anabelle, en 2020 Manon et en 2021 Adrien, ces jeunes Français ont continué les projets entamés avec la fondation. Nous avons aidé à financer la bibliothèque communale et grâce à l'agence de microprojet, nous avons réussi à financer la construction d'un centre culturelle.

BRÉSIL

Nous soutenons également un projet à Cocal, municipalité brésilienne, dont nos adhérents Edna et Jean-Michel en sont les créateurs. Ce projet social et éducatif est destiné aux élèves vivants dans des quartiers défavorisés et se divise en 4 étapes : 

PREMIÈRE ÉTAPE   

"La motivation pour créer le projet "Lapis e caderno" est venue lorsque nous avons observé que dans les petites communautés autour de chez nous, dans la zone rurale de Altos, les familles vivaient dans de grandes difficultés financières. Ils n'avaient pas d'emploi stable, beaucoup n'avaient qu’une petite somme d'aide sociale, distribuée par le gouvernement fédéral aux familles sans revenu, une aide insuffisante même pour l'alimentation de base. Souvent,  les enfants et les jeunes n'allaient pas à l'école fautent de fournitures scolaires, de crayons et de cahiers. Nous avons donc décidé d'aider une dizaine d'élèves, c'était notre première action en 2017.

En 2018, nous avons visité la communauté du Cocal et fait une liste des étudiants. Comme ils étaient nombreux et que nous n'avions pas suffisamment d'argent pour acheter les fournitures nécessaires pour tous, nous avons lancé une campagne afin de demander de l'aide à notre famille et à nos amis. C'est ainsi que notre projet social, éducatif, philanthropique est né, la distribution de fournitures scolaires et la création d'une bibliothèque communautaire au Cocal.

DEUXIÈME ÉTAPE 

Nous avons lancé une campagne de collecte de livres pour la bibliothèque. Assez rapidement, nous avons eu une bonne collection de livres scolaires ; langue étrangère, dictionnaires, etc.

L'année 2019 a été une année charnière pour notre travail, nous nous sommes engagés en tant que bénévoles à "La Maison de la culture Yanapanaku". À notre retour au Brésil, en octobre 2019, avec l'aide de Yanapanaku, nous avons ramené une bonne partie des ressources pour acheter les fournitures scolaires de nos enfants, dont des sacs à dos, l'un des articles les plus chers.

En janvier 2022, notre liste d’élèves dans le besoin s'est allongée, 53 élèves ont reçu des fournitures scolaires.

TROISIÈME ÉTAPE : SOUTIEN SCOLAIRE ET COURS DE LANGUE ÉTRANGÈRE

Lors de nos visites fréquentes dans la communauté du Cocal, les parents des élèves se plaignaient beaucoup des faibles résultats scolaires de leurs enfants et des difficultés rencontrées pour faire les devoirs à la maison, ceux-ci ne pouvaient pas aider car la plupart d'entre eux ne savaient ni lire, ni écrire, ni même signer leur nom. Face à cette réalité nous est venue l'idée de mettre en place un soutien dans les matières principales, le portugais et les mathématiques.

 

Comme je suis professeur d'anglais, que j’ai un niveau correct dans la langue espagnole et que mon mari est français, nous avons également pensé à donner des cours de langues étrangères, des matières complètement inaccessibles pour les étudiants pauvres au Brésil. Les prix des cours de langue étrangères sont très chers.  À ce moment, notre deuxième projet « Fale com o Mundo » est né. Nous avons commencé à dresser une liste des personnes intéressées par les cours de langues étrangères (espagnol, français, anglais) et par le soutien scolaire. À notre grande surprise, la plupart des enfants et des jeunes voulaient étudier avec nous. Le 15 janvier 2022 nous avons commencé nos cours, 22 étudiants en cours de langue et 12 en soutien scolaire. Le lieu des cours était une paillote prêtée par un gentil habitant de la communauté du Cocal.

QUATRIÈME ÉTAPE DE NOTRE TRAVAIL : CONSTRUCTION D’UN CENTRE D’ÉTUDE AVEC BIBLIOTHÈQUE

Nos cours se donnaient dans une paillote prêtée par le propriétaire d’un bar ; celui-ci nous prêtait la paillote pour les cours le samedi matin. 

Nous avons vite compris qu’il était nécessaire d'avoir un espace bien à nous, dans lequel nous pourrions travailler plus longtemps avec nos étudiants et aussi offrir des cours à plus d'étudiants de la zone rurale.

En mars, nous avons commencé la construction de notre centre d'études qui comprenait une salle de classe beaucoup plus grande et aussi  une bibliothèque. Faute de moyens financiers, nous avons fait la construction en terre battue recouverte de paille, structure qui à l'avenir devrait être refaite en briques et tuiles car cette région connaît de nombreux incendies en saison sèche.

Nous avons besoin d’aide pour  acheter du matériel pour terminer la construction de notre centre d'étude, tel que : ciment, sable, céramique pour les sanitaires, de la peinture murale, du matériel électrique et de plomberie, tables de classe, chaises, et aussi des étagères pour la bibliothèque.

Nous avons besoin de dons pour acheter les fournitures scolaires, pour payer les photocopies des cours de langues et aussi pour acheter les collations que nous donnons aux enfants entre les cours.

Nous recherchons des personnes pouvant parrainer les élèves que font part de nos projet  et ainsi garantir un avenir meilleur à tout ces enfants méritant une vie plus digne.

Nous cherchons également des personnes disponibles et bénévoles comme nous, qui pourraient nous aider pour les cours et dans les différentes activités avec les élèves."

CHILI

Captura de Pantalla 2022-11-04 a la(s) 13.12.31.png

Le Chili est un pays sud-américain qui borde l’Argentine, la Bolivie et le Pérou, son nombre d’habitants est de 19,1 millions.

Avec plus de 4000 km de long, le Chili est le plus long pays du monde, en raison de la longueur du pays, nous pouvons trouver différents types de climats et des écosystèmes totalement opposés, par exemple, dans le Nord, nous trouvons le désert d’Atacama, considéré comme le plus aride de la planète et dans le extreme sud, nous trouvons des champs de glace de centaines de kilomètres. C’est aussi pour cette raison que le Chili possède une richesse diversifiée de ressources naturelles.

D’autre part, ces grandes distances créent des grandes difficultés, notamente la connectivité entre les régions qui deviennent un obstacle pour les personnes vivant en dehors de la zone centrale.

La relation entre Yanapanaku et le Chili commence en 2017 dans une localité à la périphérie de la ville de Puerto Montt dont le nom est Pelluco, c’est dans le sud du Chili, dans la dixième région. Dans cette localité, un groupe de personnes âgées a créé un groupe pour prendre soin de la «santé sociale». Une bonne santé sociale influe positivement sur la santé physique et psychologique des personnes âgées. Le pire ennemi d’une personne âgée est la solitude et l’isolement.

Violeta, une représentante de notre association au Chili et qui vit une grande partie de l’année à Puerto Montt, a rencontré un groupe d’adultes plus âgés fréquentant l’une des paroisses qu’elle visite périodiquement: la paroisse de San Pélino Laziosi Situé à Pelluco, dans un environnement très rural. Ces adultes âgés se rencontrent une fois par semaine pour partager, et faire des activités ensemble, mais leurs maigres ressources ne leurs permettent pas grand chose.Violeta à alors décidé de contacter YANAPANAKU pour leur venir en aide. Ce groupe de personnes exerce des activités différentes de l’autofinancement; La vente de gâteaux, et différents plats traditionnels sont quelques-unes de leurs initiatives. Les différents bénévoles font des ateliers qui leur permettent de passer un bon moment, de travailler leur motricité,leur mémoire et parfois de générer un peu d’argent.

La maison de la culture Yanapanaku apporte du matériel de financement et des outils pour les ateliers de couture avec broderies, nappes et différentes pièces qui leur permettent de financer leurs diverses activités et de contribuer à leur «santé sociale», quelque chose qui en tant qu’association,nous tient à cœur car ces initiatives partagent nos valeurs et notre mission. De cette façon, nous pouvons aider ce groupe de personnes âgées à se sentir soutenus et mieux dans leur peau, et ainsi les amener à améliorer leurs conditions de vie et surtout leur mental.